POURQUOI SOMMES-NOUS MÉTIS?

metis-lac-clair-1950-1-1

Une famille métisse du Lac-Clair, au nord de Chicoutimi, vers 1950

 

Nous sommes Métis parce que certains Européens, lorsqu’ils arrivaient à Québec, on choisi de vivre avec les Améridiens et d’adopter leur mode de vie, plutôt que de s’installer sur des terres et de vivre comme en Europe.

Nous sommes métis parce que ces Européens qui ont choisi ce mode de vie, ont fondé des familles avec des femmes Amérindiennes.

Les Métis se sont adaptés aux deux cultures dont ils étaient originaires et ainsi ils ont acquis un style de vie particulier et unique. Subséquemment avec la culture et le savoir des premières nations ainsi que les connaissances technologiques apportées par les Européens ils ont pu favoriser le passage, l’ouverture et la colonisation de l’Amérique.

Ce métissage a permis de jouer différents rôles en tant que marchands, traducteurs, trappeurs, chasseurs, guides, portageurs. Il va sans dire que les Métis ne possèdent ni la mentalité des citoyens des Premières Nations ni celle des descendants européens. Les métis ont plutôt contribué à faire le lien, le trait d’union entre le Peuple autochtone et les Européens. Cette population distinctive vivait et contrôlait ce vaste territoire

Nous attribuons les fondements de la Communauté métisse du Domaine du Roy et de la Seigneurie de Mingan à Nicolas Peltier arrivé en 1676. Celui-ci s’est marié à trois reprises avec des Amérindiennes. Il est le premier à engendrer une descendance métisse au Saguenay. Par la suite seize familles souches métisses suivront sur le territoire à des moments différents. Ces premières communautés euroamérindiennes partagent une culture distinctive parmi les autres communautés Canadiennes. Elles sont la charpente du peuple métis qui a pris racine sur le territoire du Domaine du Roy et de la Seigneurie de Mingan. Elles ont permis de peupler ce vaste territoire tout en permettant de créer les prémisses d’un ordre politique, culturel, social, économique et juridique.

Nous sommes donc fièrement les héritiers de cette culture hybride.

CES 16 HOMMES SONT PARMI LES PREMIERS EUROPÉENS
À FONDER DES FAMILLES DE MÉTIS AVEC DES FEMMES AMÉRINDIENNES

HOMMES EUROPÉENS FEMMES AMÉRINDIENNES
Nicolas Peltier Madeleine Teg8chik
Françoise 8ebechinok8e
Marie Pechabanokueu
Louis Chatellereault Marie Ouebametanokueu
 Joseph-André Collet (Nekuagan)  Angélique Uskashish
 Louis Gariépy Rosalie Kapikoula8et
Louise Pitshish
Marthe Matchiragan
Catherine Kaskamich
 Antoine Lavaltrie Marie-Jeanne Mirueritam
Marie-Josèphe Uitshabaku
Marie-Rosalie Utshitshik
 Antoine Riverin Marie-Josèphe Kanue
 Louis-Denis Bacon Catherine Bersiamiskueu
 Pierre Volant Marie-Jeanne Kaiapishapi
Marie-Anne Thimatshiu
Marie Nesakatsu
 Barthélémie-Roger Hervieux  Marie-Anne Uabspuagan
 Peter McLeod  Josèphe Atikuapi
Mélanie Miruabeuit
Alexander Murdock Magdeleine Fontaine
Thomas Cleary Caroline Maganash
Raphaël Sheean Marguerite Verrault
Geneviève Miruabeuit
Julie Séminosh
Frédéric Fillion Marie-Anne Martin (Lahoushime)
Denis Godin Geneviève Nom inconnu
Jérôme St-Onge Marguerite-Anne Matshikueh