COMMUNAUTÉ MÉTISSE DU DOMAINE DU ROY 

ET 

DE LA SEIGNEURIE DE MINGAN

 

 

 

SIGNIFICATION DU LOGO DE LA COMMUNAUTÉ MÉTISSE DU DOMAINE DU ROY ET DE LA SEIGNEURIE DE MINGAN

 

Le cercle (rouge) 

Le cercle est le symbole le plus répandu dans les cultures autochtones. C’est l’unité parfaite, le tout, l’ensemble. Il représentait le Pouvoir de l’Univers. Pour les Métis de notre Communauté (CMDRSM),  il représente le cycle des saisons, de la chasse, de la trappe et de la cueillette.  Le rouge a toujours été une couleur symbolique associée à l’origine de la vie (couleur du sang), de la force et de passion puissante.

 

La ceinture fléchée ou de L’Assomption

La ceinture de l’Assomption a été adoptée comme symbole de la tradition métisse. Du milieu du XVIIIe siècle aux années 1860, les Métis avaient un style vestimentaire particulier combinant des éléments européens et indiens, tant dans l’ornementation que dans la coupe. Des portraits de l’époque montrent des Métis vêtus de manteaux d’été bleus, noués d’une ceinture fléchée, chaussés de jambières et de mocassins décorés et portant, accroché à la poitrine ou à la ceinture, une pochette colorée destinée à contenir de la poudre ou du tabac. Pendant l’hiver, ces hommes portaient des chapeaux pointus et des manteaux de cuir peints, décorés de broderies en piquants de porc-épic et ourlés de fourrure.1

La ceinture métisse tire son nom du village de L’Assomption, près de Montréal, où elle était confectionnée en grand nombre pour la traite des fourrures. Elle était réalisée en laines de couleurs vives selon une technique de tissage au doigt et portait souvent sur toute la longueur un dessin en forme de pointe de flèche.

Cette ceinture fléchée, qui pouvait atteindre 20 pieds de longueur, avait de nombreux usages. Elle pouvait être enroulée autour de la taille d’un manteau pour qu’il soit plus chaud, ou encore servir de câble pour tirer les canots au cours des portages longs et difficiles, ou de bride d’urgence pour les chevaux pendant la chasse aux bisons 2.

Dans la société métisse contemporaine, la ceinture sert de symbole dans diverses manifestations publiques.

 

Le drapeau métis 

C’est un symbole de la nation métisse qui a vu le jour au XIXe siècle en tant qu’entité culturelle et politique distincte dans la région de la rivière Rouge, qui fait partie du Manitoba actuel. Un des événements marquants de l’histoire de la nation métisse fut la bataille des Sept-Chênes, en 1815, affrontement armé résultant des tentatives de restriction de la traite des fourrures. Le drapeau dont les Métis se sont dotés à l’époque portait un huit à l’horizontale sur fond rouge, remplacé aujourd’hui par le bleu. Les Métis contemporains expliquent ce symbolisme de la façon suivante:

[TRADUCTION] Le fond bleu représente l’alliance [des Métis] avec la Compagnie du Nord-Ouest, qui utilisait le bleu comme couleur principale plutôt que le rouge de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Le huit à l’horizontale symbolise l’infini et a deux significations: la rencontre de deux cultures et la pérennité d’un peuple 3.

Planté au beau milieu de ce qui représente le territoire, il se veut, fière manifestation de l’apport de la COMMUNAUTÉ MÉTISSE DU DOMAINE DU ROY ET DE LA SEIGNEURIE DE MINGAN  dans l’occupation, l’utilisation et l’exploitation dudit territoire avec le plus grand des respects et une très grande reconnaissance à la vie.

 

La fleur de Lys 

Symbole de la monarchie française

Peu de blasons sont aussi connus, aussi célèbres, aussi glorieux que les trois fleurs de lys d’or sur champ d’azur.

La fleur de lys identifiait la monarchie française que les révolutionnaires de 1789 décapitèrent en tant que marque d’une tyrannie abhorrée.

Quiconque, aujourd’hui encore, voit une fleur de lys, pense immédiatement à la royauté française et c’est finalement sur l’abondance des légendes relatives aux attributs royaux, beaucoup plus grande en France que dans d’autres pays, que s’est construite la religion monarchique, dont on ne niera sans doute pas que le patriotisme français ait conservé un certain tour mystique.

  1. LOMBARD-JOURDAN, Fleur de lys et oriflamme

 

Le castor

Le castor symbolise  la traite des fourrures. Sa fourrure  fut aussi la première monnaie d’échange entre les Montagnais et les Français dès le début de la colonie.

 

Figure symbolique de la Nouvelle France, le castor reflète merveilleusement bien l’esprit d’entreprise et de persévérance dont sont imbus nos explorateurs, chasseurs, chefs d’industries et administrateurs que furent les Nicolas Pelletier, Peter Mcleod fils, Murdock  et  autres métis et leur descendance dont les vivants héritiers forment aujourd’hui la COMMUNAUTÉ MÉTISSE DU DOMAINE DU ROY ET DE LA SEIGNEURIE DE MINGAN.

 

 

Tous droits réservés.

ATTENTION : La CMDRSM détient en exclusivité tous les droits patrimoniaux liés à ce logo.

 

________________________________________________________________

 

Notes

1)      Chef Dan George et Helmut Hirnschall, De tout mon cœur, Montréal, Éditions Bellarmin, 1979, p. 60.
2)      Audreen Hourie, «The Métis Sash», fiche documentaire de la Manitoba Metis Federation, 1992.
3)      Calvin Racette, Flags of the Métis, Regina, Gabriel Dumont Institute of Native Studies and Applied Research, 1987, p. 6.